La place de l’équitation dans l’histoire du patrimoine et du sport français

Dès l’Antiquité, l’homme apprivoise le cheval pour se déplacer et guerroyer et l’entraîne à la course comme l’atteste encore le Palio de Sienne où s’affrontent les dix-sept quartiers de la ville depuis le Moyen-âge. Au 19ème siècle, loin de diviser, les courses hippiques anglaises rassemblent toutes les couches sociales. Il faut attendre 1912 pour que les trois disciplines de l’équitation (saut d’obstacle, dressage et concours complet) apparaissent aux Jeux Olympiques. En 1990, les premiers jeux équestres sont organisés à Stockholm et ont lieu tout les quatre ans, en alternance avec les Jeux.

Parallèlement au sport équestre à proprement parlé, chaque région ou pays a codifié, au cours des siècles, sa pratique de l’équitation. La tradition française date du 16ème siècle et vise à enseigner le noble art de monter à cheval avec élégance. Cette pratique française est à présent cultivée et incarnée par le Cadre Noir de Saumur. Elle a été inscrite en 2011 au patrimoine culturel  immatériel de l’humanité par l’UNESCO.

Sa représentation dans les collections du Musée National du Sport

025550s1.jpgMexico 68 de Déro, Coll. MNS, inv. D.II.682
 

Près de 1000 items du domaine des arts graphiques (affiches, dessins de presse, gravures…), des tableaux, des jeux traditionnels et des équipements de grand champions, représentent la discipline équestre dans les collections du Musée National du Sport. Cette discipline est une des plus marquantes et populaires dans l’histoire du sport français aux côtés de la gymnastique, de l’escrime, de la boxe et du judo.
 

IMG_2068.JPGVitrine consacrée aux sport équestres : veste de Pierre Durand et fers de Jappeloup de Luze, Coll. MNS, inv. 1989.7.1 et .4

Certaines gravures dévoilent la monte en amazone, sa pratique élégante par l’aristocratie et la bourgeoisie, son utilité militaire ou encore, avec humour, le binôme homme-cheval. Ces collections sont également des objets témoins de grandes victoires et de belles histoires : dans son exposition permanente, le musée est honoré de présenter la veste de Pierre Durand et les fers dorés de Jappeloup de Luze, médaillés d’or au Jeux de Séoul à l’épreuve de saut d’obstacles en individuel.

Reportage-sportif d’une artiste peintre, Adrienne Jouclard

73_26_129.JPGAdrienne Jouclard, Coll. MNS, inv. 73.26.119
 

Artiste dont une partie de l’œuvre est présente dans la collection du musée de l’Éducation Nationale à Rouen, Adrienne Jouclard (1882-1972) s’est fait une spécialité des sujets sportifs au point d’être considérée comme le maître incontesté de la peinture en mouvement. Parmi les deux cents croquis et vingt-sept tableaux de l’artiste présents dans la collection du Musée National du Sport, quelques-uns illustrent le sport équestre. Spectatrice de tous les rassemblements sportifs, Adrienne Jouclard s’installe près des terrains de jeux, des pistes et réalise des croquis pour chacun des tableaux en dessinant toutes les attitudes possibles. Capter l’énergie d’une action est son principal langage pictural. Le point de vue adopté dans l’esquisse ci-contre illustre bien cette présence de la peintre au plus près du terrain. Elle apparaît comme un véritable peintre-reporter défiant la photographie pour croquer sur le vif le geste sportif, l’instantané d’une action. Elle parvient à « saisir les mouvement dans son essentiel » (Charles Fegdal, Semaine à Paris, 15-21 février 1930), grâce à une maîtrise de la lumière, de la couleur.

Claire VASDEBONCOEUR, département des collections, Musée National du Sport

Informations pratiques :

  • Musée National du Sport
    Bd des Jardiniers
    Stade Allianz Riviera
    6000 Nice
  • 04 89 22 44.00 
  • contact@museedusport.fr