Un jeu de café

998.16.17.a.jpgAu début du XXe siècle, les courses de chevaux sont à la mode, tant dans les milieux aristocratiques que populaires. Les cafés sont alors des lieux de convivialité où on vient se retrouver et jouer à des jeux de sociétés.

Parmi ces jeux, on trouve plusieurs variantes sur les courses de chevaux. L’action d’une manette latérale permet de faire tourner des figurines de chevaux montés et galopants. Une coupelle située au centre permet de recueillir les mises des joueurs. Le but est de trouver quel cheval s’arrêtera au plus près du drapeau qui symbolise l’arrivée.

Plusieurs versions d’un même jeu

998.16.17.c.jpgIl existe des variantes de ce jeu. Le nombre de chevaux peut par exemple passer du simple au triple. Les arches sous lesquelles passent les chevaux sont simples, doubles ou triples. On ne connaît pas bien les règles de ces variantes ou la signification de ces différentes arches.

Le jeu conservé au musée Eugène Boudin de Honfleur comporte un seul cercle avec six chevaux. Les cavaliers sont munis d’une lance et des anneaux sont suspendus à côté d’un drapeau. Si le mécanisme est le même, on ne peut pas dire si les règles sont identiques aux jeux de courses précédemment évoqués. Il est possible que les figurines doivent récupérer ces anneaux suspendus et arriver à proximité du drapeau visible sur la coupelle, qui devait se dresser quelque part sur le plateau. L’incertitude persiste toutefois sur les règles et le fonctionnement exact de ce jeu.